Taqawan, d’Eric Plamondon

taqawanPar l’éditeur : « Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »
Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Émeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort.

Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source…
Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés,
Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

MON AVIS : L’histoire, celle avec le grand H qui est censé nous clouer le bec, est toujours écrite de la même manière, à quelque endroit du globe où l’on se trouve. C’est celui qui a posé sa botte sur la gorge de l’autre qui l’écrit.

Mais parfois, les vaincu(e)s se rebiffent. Rarement bien longtemps, et rarement victorieux. Mais quand même.

Eric Plamondon nous plonge dans les événements de juin 1981, qui virent les indiens Mig’Mag dépossédés de leur seule richesse, leurs filets de pêches. De la révolte qui s’en suivi, et de la répression sauvage, forcément sauvage, qui en découla.

De cette événement, l’auteur tire un récit qui oscille entre fable sociale et roman noir. Entrecoupant son récit de légendes indiennes, d’anecdotes et de nombreux faits réels, Eric Plamondon plonge dans le cœur sombre du Québec, la face caché du Canada qui bénéficie souvent aux yeux du reste du monde de son bruyant voisin américain pour cacher sous le tapis les tragédies des amérindien(ne)s sur son propre sol.

C’est toute la force de ce livre que de nous montrer le peu de cas qui est fait de ces « natifs », et de leur redonner leur juste place, par leur cosmogonie, leur histoire, leurs légendes. Les quatre protagonistes se trouvent confrontés à la folie répressive, et chacun à sa manière est le symbole d’une part de cette humanité qui résiste.

Les quatre personnages sont emportés par le tourbillon des événements, mêlant leur destin le uns aux autres dans une histoire haletante et sans temps mort.

c’est un magnifique et percutant roman que nous offre Eric Plamondon, qui nous impose de nous tenir au côté de tous les Mig’Mag du monde.

Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme

Cette phrase d’Albert Camus qui ouvre le livre nous y oblige.

Titre : Taqawan
Auteur :
Eric Plamondon
Date de parution :
04/01/2018
Éditions : Quidam Éditeur
Nbr de pages : 208
Prix  : 20€

Publicités

2 réflexions sur “Taqawan, d’Eric Plamondon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s