Trio pour un monde égaré, de Marie Redonnet

trio-pour-un-monde-egarePar l’éditeur : Willy Chow est un ancien rebelle qui vit dans une bergerie entre la mer et les collines. Il tente d’oublier un passé trouble, mais la guerre fait à nouveau rage à la frontière et menace la paix de son domaine…


Le scientifique Douglas Marenko n’est pas Douglas Marenko. Emprisonné dans une cellule d’un nouveau genre après avoir tenté de fuir son pays, on voudrait pour des raisons qu’il ignore lui faire endosser une nouvelle identité. Il résiste jusqu’à ce que ses geoliers lui présentent une femme censée être son épouse, et qu’il sait avoir connue…


Tate Combo a elle aussi quitté son pays, après une prophétie de son père qui prédisait la destruction de son village. Elle vit désormais dans la mégapole Low Fow, où un photographe en vogue a décidé d’en faire, à force d’opérations chirurgicales, l’incarnation d’une déesse qu’il vénère. Le jour où elle décide de rompre cette métamorphose imposée, des avions s’écrasent sur les tours de la ville…

MON AVIS : Une géographie indéfinie dans un temps indéfini. Trois personnages, trois lieux. Trois destins reliés pourtant par la violence qui les entoure, par les figures menaçantes qui les contraignent, les emprisonnent.

Ainsi se présente le roman de Marie Redonnet dont la langue simple et précise nous dit toute la noirceur du monde. Les guerres, le terrorisme, le contrôle des individus. Tout dans le ce livre résonne avec l’actualité, malgré l’univers stylisé et les figures presque abstraites des personnages.

Trois personnages solitaires en quête d’identité et de salut, de liberté quoi qu’il en coûte. La tension qui les entoure les pousse à des choix radicaux pour ne pas se perdre. L’ancien révolutionnaire qui voit la violence ressurgir dans sa vie, le scientifique dont l’identité réelle demeure mystérieuse, même pour lui, l’exilée, clandestine, qu’un photographe à métamorphosé jusqu’à en faire un fantasme qui ne ressemble en rien à ce qu’elle était.

Les frontières comme des murs, des quartiers abandonnés à leur sort, la géographie dit tous les enfermements et les replis sur soi de notre temps. On pense nécessairement au mur de la honte en Israël, à celui que veut construire Trump entre les USA et le Mexique, au 11 septembre 2001.

L’imaginaire de l’auteur se nourrit de la part sombre de notre époque, de la violence subit par les exilés, les femmes, la contestation.

Son écriture, sous des apparences de simplicité, est incroyablement écrite, ciselée.

La deuxième partie du livre, « un parcourt », nous offre un éclaircissement sur cette écriture. L’auteur revient sur son parcourt d’écrivaine. Intime et foncièrement politique, le texte, sans nous offrir toutes les clefs du processus créatif, nous donne quelques pistes pour comprendre les inspirations de Marie Redonnet et comment se construit son œuvre.

Épatant !

Titre : Trio pour un monde égaré
Auteur :
Marie Redonnet
Editions : Le Tripode
Date de parution : 04/01/2018
Nbr de pages : 200
Prix constaté : 17€

Publicités

Une réflexion sur “Trio pour un monde égaré, de Marie Redonnet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s