Seule la nuit tombe dans ses bras, de Philippe Annocque

seulela nuit tombe dans ses brasQuatrième de couverture : Coucher par écrit, est-ce que c’est tromper ? pourrait écrire Herbert puisqu’il est écrivain. Car Herbert ne couche pas avec Coline, qui ne couche pas avec Herbert. Facebook est l’univers parallèle où se joue l’aventure de leurs doubles virtuels, qui ressemble à une histoire de fesses ou à une histoire d’amour, comment savoir dans un monde où apparemment rien n’est grave. A moins que les mots eux-mêmes ne puissent donner corps à leur étreinte imaginaire…

Mon Avis : Un roman, comme une parodie de livre érotique, un succédané, un « comme si… ». Ici pas de peaux qui se touchent, pas de frôlement des lèvres, pas de caresses des cheveux. Au XXIème siècle, facebook a remplacé les lieux de rencontre et, en multipliant les potentialités, à réduit le réel à peau de chagrin, « IRL, in real life. IRL, ça sonne comme irréel, pourtant. La vraie vie est irréelle. »

On connait tous, ou presque, les travers des réseaux sociaux où chacun est tribun, idéologue, spécialiste (des questions sociales ou des LOLcat, c’est selon).

Les rencontres amoureuses aussi se dématérialisent. Et ce sont les mots et les images qui remplacent les corps à corps. Avec pour résultat les mêmes frustrations, les mêmes effusions.

Les mots comme objets de désir, la prose comme offre de caresse. Nous voilà revenu à l’amour courtois finalement. Les images érotiques en plus.

Une idylle virtuelle, mais pas imaginaire, dont les mots sont les hérauts, le langage la sève. Aussitôt envoyés, aussitôt effacés, les protagonistes n’ayant pas statué sur la réalité de l’adultère (quelle question pourrait bien poser un Ardisson dans ces cas là : est ce que chatter c’est tromper?). Mais ces échanges bouleversent comme des rendez-vous clandestins dans des hôtels de banlieue. La force de la langue sur le trivial.

La critique des réseaux sociaux semble évidente. Mais ce n’est pas le sujet du livre. L’auteur exalte la force du verbe. Ces néo-amants connaissent les affres de l’absence des mots de l’autre, plutôt que de l’autre lui-même. Une réhabilitation, sous forme travestie, de la relation amoureuse épistolaire, où il s’agit d’éveiller le désir, de faire naître le plaisir par sa seule évocation, les photos et les vidéos rendant le tout un brin plus piquant, ou pathétique, c’est selon.

Un livre malin et un vrai plaisir de lecture.

Titre : Seule la nuit tombe dans ses bras
Auteur : Philippe Annocque
Éditions : Quidam Éditeur
Date de parution : 23/08/2018
Nbr de pages : 152
Prix : 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s