Retour à Budapest, Gregor Sander

retour a budapest

Par l’éditeur : Pour ses 44 ans, Astrid se voit offrir un séjour à Budapest par son nouvel amoureux, Paul : quelques jours de vacances sans ses enfants, loin de son travail. Avec ce voyage, Paul cherche à en savoir un peu plus sur le passé d’Astrid, mais les réponses à ses questions dépassent ce qu’il aurait aimé savoir. Car, vingt-cinq ans plus tôt en Allemagne de l’Est, lors d’une fête un peu déjantée, Astrid est tombée folle amoureuse de Julius. Qu’elle n’a jamais vraiment oublié depuis…
Dans un récit fragmenté vertigineux, qui fait surgir des images d’une délicatesse infinie, Gregor Sander dévoile, entre passé et présent, la continuité enfouie de la vie de ses personnages. Amour, amitié, fuite, trahison : rien ne ressemble à ce que l’on croit.

Mon Avis : Un double et étrange roman où se mêlent la nostalgie, la chronique d’un amour de jeunesse, et la description de la vie quotidienne en RDA. Où quand la bureaucratie s’immisce partout, jusque dans les cœurs adolescents.

Le coeur. Il en est beaucoup question dans ce roman où Astrid, le personnage principale, cardiologue, a vu le sien mit à rude épreuve par les soubresauts de l’histoire. Où celui de son amant se fragilise par ses mauvaises habitudes. Où celui de ‘l’humanité fut coupé en deux durant la guerre froide.

Amour adolescent, amitié, trahison, découverte de soi, ce roman balance entre passé et présent, le premier éclairant au fil des pages le second, glissant de l’histoire intime vers quelque chose de plus universel.

Ce récit de ce retour sur les lieux de sa jeunesse ne se fait pas sans accros pour Astrid.

Que reste t il de nous dans ces lieux quittés 20 ans plus tôt ? Des fantômes qui se dérobent, des sensations fugaces comme des mirages. Et des regrets à perte de vue.

Dans ce roman, Gregor Sander interroge la mémoire, ce qu’il demeure de nos vies après le passage dévastateur de la folie des hommes. Car sans jamais faire de son livre un pamphlet politique, l’auteur nous décrit l’impact sur les vies quotidiennes de la dictature, des familles déchirées, des destins empêchés, des enfants contraint de trahir. Une histoire de mur entre les êtres, si cela devait servir le présent…

Les amours de jeunesse ont ceci de particulier qu’ils prennent le statut de grand amour et embellissent avec le temps, leurs souvenirs se métamorphosant en regret. La quarantaine passée, on peut tenter de reprendre là où nous avions arrêté, ou les regarder avec tendresse, puis s’en détourner et poursuivre sa route.

Un pèlerinage stérile, puisque rien ne demeure de ce qui fut, mais un roman d’amour sensuel et délicat écrit d’une plume sensible et élégante.

Titre : retour à Budapest
Auteur : Gregor Sander
Traduit de l’allemand par : Nicole Thiers
Éditions : Quidam Éditeur
Date de parution : 03/01/2019
Nbr de pages : 256
Prix : 20€

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s