L’incivilité des fantômes, de Rivers Solomon

L'incivilité des fantomesPar l’éditeur : Aster est une jeune femme que son caractère bien trempé expose à l’hostilité des autres. Son monde est dur et cruel. Pourtant, elle se bat, existe, et aide autant qu’elle le peut, avec son intelligence peu commune, ceux et celles qu’elle peut aider. Mais un jour, un type la prend en grippe. Et Aster comprend qu’elle ne peut plus raser les murs, et qu’il lui faut se tenir grande. Sa rébellion est d’autant plus spectaculaire qu’elle est noire, dans un vaisseau spatial qui emmène les derniers survivants de l’humanité vers un éventuel Eden, un vaisseau où les riches blancs ont réduit en esclavage les personnes de couleur. Un premier roman qui prend pour prétexte la science-fiction pour inventer un microcosme de l’Amérique, et de tous les maux qui la hantent, tels des fantômes.

Mon Avis : Encore un gros coup de cœur de cette rentrée littéraire.

J’ai pensé à « Snowpiercer », de Jacques Rob et Jean-Marc Rochette, et à « La servante écarlate » de Margaret Atwood. Le premier pour le système de caste et la lutte des classes qui en découle, le second pour le sort réservé aux femmes. Ajoutez à cela l’esclavagisme et la ségrégation, vous obtenez la toile de fond de l’incroyable roman de Rivers Solomon, paru aux éditions Aux Forges de Vulcain, « L’incivilité des fantômes ».

La filiation peut sembler lourde à porter. Mais le livre de Rivers Solomon n’a pas à rougir face à ses aînés. Loin de là.

Le Matilda, vaisseau spatial errant dans l’espace depuis 300 ans et dont le nom sonne en écho au Clotilda, dernier bateau négrier à arriver en Amérique en 1860, porte à son bord ce qu’il reste de l’humanité. Les humains étant malheureusement ce qu’ils sont, un système ultra hiérarchisé et inégalitaire a été mis en place faisant du racisme, de l’esclavage et du patriarcat les trois piliers de cette société sans terre. Ajoutons à cela une foi en « les Cieux » qu’il est interdit de remettre en question, et vous aurez tous les ingrédients d’une dictature.

C’est dans la populations la plus vulnérable de ce monde en exil, parmi celles qui subissent de plein fouet la violence des hommes et du système, les femmes noires, que l’auteur trouve son héroïne. Aster, jeune personne transgenre, est devenu à force de travail, une sorte de Chaman, entre guérisseuse et chirurgienne. Aster est un esprit rebelle, tourmenté et obsédé par le suicide de sa mère 25 ans plus tôt. Iel se plonge dans les notes hermétiques et codées que cette dernière a laissé avant de disparaître. Aidé par Giselle, son amie tentant de gérer le traumatisme de plusieurs viols, perdant souvent pied, habitée par une colère et une révolte indomptable, Aster ira jusqu’au point de non retour.

Le roman de Rivers Solomon met les pieds dans le plat et aborde sans pincette les questions qui agitent notre temps, tendant un miroir à nos sociétés actuelles. Le racisme, la ségrégation, le rejet de l’autre, la criminalisation de la sexualité « hors normes » sont autant de sujet abordés dans ce roman qui n’en oubli pas pourtant d’être un roman d’aventure. Dans ce monde ou l’oubli du passé est la règle et le recommencement incessant des mêmes erreurs semble une fatalité, Aster choisi d’apprendre du passé, décidé de mettre un terme aux cycles infernaux.

C’est un récit haletant, merveilleusement bien mené.

Au cœur du Matilda, Rivers Solomon fait sonner un chant de tolérance, réussissant par exemple à absorber la transsexualité des ses personnages sans faire d’eux et d’elles des portes drapeaux. Et ce n’est pas la moindre des réussites de ce roman.

Foncièrement politique, « L’incivilité des fantômes » s’inscrit aussi dans la lignée des auteurs afro-américains qui œuvrent contre le racisme et la ségrégation.

Un roman fabuleux, à lire et à faire lire.

L’incivilité des fantômes
Rivers Solomon
Traduit de l’anglais par Francis Guèvremont
aux forges de Vulcain
Paru le 06/09/2019
400 pages

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s